L’aventure commence

Ça fait quelques jours déjà que j’espère écrire quelques lignes et que la journée disparaît sans que je ne l’aie vue passer. J’ai l’impression de perdre le compte des jours et des semaines, chacun d’eux étant rempli de soleil, de chaleur, de hummus et de pitas!

Chaque chose qu’on entreprend se révèle une aventure. D’un côté, j’ai l’impression de vivre trop à l’occidental et d’un autre, les choses sont toujours un peu plus compliquées, qu’il s’agisse de prolonger notre visa, de faire l’épicerie, le lavage, ou de sortir de Amman pour la journée. Mais j’imagine que c’est le lot de chaque voyageur. Celui-ci inclût entre autres de faire son chemin à travers la bureaucratie locale. Par exemple, nous avons dû faire le tour de trois bureaux pour obtenir une preuve d’étude: elle est émise au bureau trois, signée au bureau un, et étampée et contre-signée au bureau deux, tout ça à travers quelques bonnes bouffées de fûmée de cigarettes dans les locaux et à travers les corridors de l’université. Avec ce petit papier devenu bien officiel, nous nous sommes présentées à la station de police locale, confiante que nous repartirions avec une étampe dans notre passeport et l’autorisation de rester jusqu’en septembre. Bien entendu, ce ne serait pas aussi facile! On nous a demandé une preuve de résidence et une autre signature d’un bureau officielle à l’autre bout de la ville. Était-ce parce que nos collègues américains s’y étaient présentés avant nous, sachant que les Américains ne sont pas très populaires en Jordanie? Peu importe, nous y sommes revenues quelques jours plus tard, entre canadiennes, avec un contrat de notre auberge et sans signature officielle, pour laisser une copie de nos empreintes digitales et finalement repartir avec notre étampe! Cette dernière étampe venait également d’officialiser le début de nos aventures comme étudiantes en Jordanie.

Notre première fin de semaine à l’extérieur de Amman était incroyable. Après avoir passé un IMG_3011vendredi plutôt relaxe à étudier et à découvrir Souq Abdalli, une immense vente de vêtements usagés qui a lieu en plein air tous les vendredis après-midi, nous sommes partis samedi matin avec un bus “magique” en direction de la Réserve naturelle du Wadi Mujib et de la mer morte. Pourquoi magique? Parce que ça faisait trois jours qu’on se cherchait un moyen de transport abordable sans rien trouver et qu’en l’espace de cinq minutes le matin même, un ami jordanien nous a trouvé une vanne pour nous y amener. Nous étions dix, la moitié d’entre nous assis sur des bancs en bois dans une boîte fermée à l’arrière de la vanne. Avec 37 degrés dehors, vous pouvez vous imaginer ce que c’était à l’intérieur! Les eaux du Wadi Mujib ont cependant vite fait de nous rafraîchir. Nous pensions faire une randonnée peinarde de 2 km à travers le canyon et traverser quelques petits ruisseaux ici et là. Encore une fois, nous nous trompions! IMG_0401La randonnée commence dans l’eau et consiste à escalader des rapides (rien de moins!) pour ce rendre à une chute au coeur du Wadi Mujib, et à sauter dans les rapides en revenant. Intense! De quoi vous faire signer une décharge de non-responsabilité au Canada et vous forcer à porter une ceinture de sauvetage et à être accompagné par un guide. Mais en Jordanie, pas de problème! 9.5 dinars et c’était parti! Heureusement, nous avions quelques bonnes paires de bras (nos cinq compatriotes mâles) pour nous tirer en eaux des rapides et nous attraper dans le courant au retour. J’avais l’impression de retomber en enfance. C’était incroyable! Malheureusement, toute cette eau nous a empêché de prendre des photos…IMG_0407

Après quelques heures dans le Wadi, affamés et fatigués, nous nous sommes dirigés vers la voiture louée par un ami pour y récupérer nos affaires. Surprise! La clé a disparu dans les rapides… Un bout de bois, une tige de métal, quelques Jordaniens et le tour était joué! Puis quelqu’un de l’entreprise de location est parti d’Amman pour venir nous porter une clé pour le retour. Bien de service ces Jordaniens!

Pour ajouter quelques péripéties à notre journée, nous avons décider d’essayer d’aller flotter dans la mer morte. Le paysage était irréaliste avec ses montagnes rouges, son eaux si calme et la Palestine de l’autre côté de la mer. Il est difficile d’imaginer que les rives que nous voyons à travers la brume sont celles d’un tout autre pays, et pas n’importe lequel! Puis, preuve à l’appui, la concentration saline de la mer morte permet bel et bien de flotter, mais est aussi extrêmement douloureuse lorsqu’on vient de se faire toutes sortes de petites coupures sur les roches d’un canyon. On s’en doutait, mais on n’avait pas pensé que ça continuerait à brûler par la suite. Ça fait parti de l’aventure j’imagine!IMG_0381

Nous sommes finalement retournés à Amman en fin de journée. Nous n’étions pas certain de pouvoir nous rendre parce que nous étions sept passagers dans une voiture à cinq places et que nous devions passer par une patrouille de police, mais ça n’a pas semblé les inquiéter! Comme je disais, bien sympathique la Jordanie!

IMG_0353

IMG_0410

Je vous en dirai un peu plus dans les prochains jours…les taxis, les mariages et la graduation, le désert et plus de photos!

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

One Response to L’aventure commence

  1. Thierry says:

    Merci pour le texte et les photos!🙂

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s